La 5G : une révolution pour les entreprises selon le patron d’orange. Stéphane Richard s’est exprimé dans le magazine Entreprendre sur la situation actuelle des télécoms en France, dont notamment l’arrivée du prochain réseau mobile prévue en 2020.

Dans le magazine Entreprendre, Stéphane Richard est donc revenu sur la 5G, la situation en Europe, les usages apportés pour l’industrie ainsi que sur son déploiement prochain en France. 

Concernant cette prochaine génération de réseau mobile, le PDG estime donc qu’elle sera avant tout une révolution pour les entreprises. « La 5G ne sera pas une simple nouvelle étape dans les usages mobiles avec des débits 10 fois plus rapides. C’est au fond une triple rupture » explique le PDG.

En effet, outre les débits encore plus élevés, la 5G va apporter trois autres grandes améliorations :

  • Une très faible latence (quelques millisecondes) qui va « nous faire basculer dans l’ère de l’instantanéité ».
  • Le « network slicing » permettant d’affecter une tranche de réseau à un usage spécifique et ainsi de s’assurer de la sécurité et des performances offertes.
  • Un réseau plus économe en énergie

Tous les secteurs seront donc transformés par l’arrivée de la 5G ajoute S.Richard. La 5G va permettre « l’essor des véhicules connecté et autonome », de révolutionner les villes grâce aux objets connectés, mais aussi de repenser  » la façon de produire et de travailler, la façon de concevoir une usine ou encore d’en assurer la maintenance prédictive ».

L’opérateur souhaite donc accompagner au mieux les entreprises pour qu’elle puissent profiter pleinement de ce prochain réseau. Au mois d’avril 2019, avait notamment consacré son événement « Orange Business Summit » réunissant plus de 1 000 entreprises clientes d’Orange Business Services (sa branche dédiée aux entreprises) à la 5G. Il avait alors annoncé des expérimentations en partenariat avec des entreprises comme la SNCF, Nokia, Ericsson ou encore Renault.

Peu après, c’est avec Dell Technologies que l’opérateur avait annoncé collaborer afin de développer de nouvelles architectures cloud distribuées pour la 5G combinant le meilleur du cloud et de la mobilité.

Concernant le grand public, la 5G n’apportera pas une rupture aussi forte mais va accompagner nos usages, toujours plus gourmands en data.

Stéphane Richard est ensuite revenu sur le déploiement de la 5G en Europe : « le secteur industriel et les télécoms sont totalement dans la course. Je n’ ai pas d’ inquiétude sur le fait que l’Europe sera à la hauteur des enjeux ». Cependant, « il est capital que nous ne soyons pas en retard vis-à-vis des Américains, des Chinois et des autres grands pays d’Asie, comme la Corée et le Japon, qui vont mener la course en tête ». Orange, qui mène actuellement plusieurs expérimentations terrain,  commencera donc à déployer la 5G dès que les fréquences seront attribuées. 

Concernant ces fréquences 5G, l’ARCEP a lancé mi-juillet une consultation publique sur l’attribution des fréquences 5G dans la bande 3,4 ‑ 3,8 GHz. Concernant la vente aux enchères de celles-ci, contrairement à certains de ses voisins européens comme l’Allemagne ou l’Italie, la France devrait être moins gourmande. Cependant, de obligations de déploiement seront fixées.

Pour signaler une erreur dans l’article, surlignez le passage en question et pressez les touches Ctrl+Entrée de votre clavier.