Orange promet de tenir ses engagements sur la fibre. La PDG d’Orange France a assuré que l’opérateur tiendra ses engagements sur le très haut débit malgré les quelques difficultés rencontrées.

En effet, le Plan France Très Haut Débit prévoit que 100% des français aient accès à une connexion très haut débit d’ici 2022. Le planning est donc serré et la pression sur les opérateurs est forte.

Selon l’ARCEP, le nombre d’abonnements au très haut débit toutes technologies confondues (débit descendant ⩾ 30Mb/s) a progressé de 520 000 pour représenter aujourd’hui plus d’un tiers des abonnements fixe en France, soit 10 millions (sur 21,6 millions de locaux éligibles), sur un total de 21,6 millions de locaux éligibles.

Cependant, le gendarme des télécoms revient régulièrement sur les engagements d’Orange et SFR sur la fibre dans les zones AMII (Appel à Manifestation d’Intention d’Investissement). Les deux opérateurs se sont engagés à couvrir d’ici 2020 92% des locaux des zones moyennement denses, c’est-à-dire les villes moyennes ou les zones périurbaines. À la fin du deuxième trimestre 2019, on comptait 55 % de locaux rendus raccordables dans les communes où Orange s’est engagé et 44 % pour celles de SFR. L’ARCEP encourage donc d’intensifier le déploiement dans ces zones.

Ce lundi 16 septembre, la PDG d’Orange France Fabienne Dulac, a annoncé (via La Tribune) à l’occasion d’un point presse que l’opérateur historique tiendra des engagements sur la fibre. Cependant « il manque encore 10% à 15% de techniciens et de ressources pour être à l’aise dans le déploiement de la fibre ». Et ce malgré « les efforts pour anticiper les formations, l’alternance et la préparation de nos techniciens ».

Suite à cela, le Directeur technique et du système d’information d’Orange, Marc Blanchet, a ajouté « Nous voyons les difficultés de nos sous-traitants à recruter. C’est le cas dans les bureaux d’études, et dans d’autres segments. Il nous manque, par exemple, des ouvriers pour planter des poteaux ».

Fabienne Dulac a également expliqué que si l’ensemble des techniciens nécessaires aux chantiers étaient recrutés, cela poserait des problèmes économiques puisque leur avenir serait incertain une fois le déploiement de la fibre terminé.

Rappelons que la fibre d’Orange est aujourd’hui disponible pour 13,5 millions de logements et de locaux professionnels. L’opérateur a pour objectif d’être présent sur tous les RIP de France. Dernièrement, il a notamment signé un accord-cadre national pour commercialiser ses offres sur l’ensemble des réseaux fibre d’Altitude Infrastructure.

Pour signaler une erreur dans l’article, surlignez le passage en question et pressez les touches Ctrl+Entrée de votre clavier.