Orange et Free Mobile prolongent leur contrat d’itinérance de deux ans. Le contrat de partage du réseau mobile devait se terminer le 31 décembre 2020 et continuera finalement jusqu’au 31 décembre 2022.

En effet, à son lancement Free Mobile ne disposait pas de réseau mobile propre suffisamment important pour pouvoir proposer ses services dans des conditions équitables. En 2011, l’opérateur de Xavier Niel avait alors conclu un accord d’itinérance avec Orange afin de pouvoir utiliser le réseau 3G et 2G  de l’opérateur historique dans les zones où sa couverture n’est pas suffisante.

En 2016, les deux opérateurs ont ensuite modifié leur contrat pour y prévoir l’extinction progressive de l’itinérance par réduction des débits jusqu’au 31 décembre 2020. Ainsi, les débits maximums en émission et en réception dont peuvent profiter les clients de Free Mobile sur le réseau 2G/3G d’Orange ont été progressivement réduits. Depuis le 1er janvier 2020, le plafond est de 384kbits en montant et descendant.

Le 3 avril 2020, l’ARCEP (le gendarme des télécoms) a annoncé que Free Mobile avait demandé un prolongement du contrat d’itinérance jusqu’au 31 décembre 2022. L’opérateur y évoque l’impossibilité « de rattraper le standard de couverture du marché qui a nettement augmenté avec l’accord de mutualisation Crozon (contrat de mutualisation des réseaux entre SFR et Bouygues Telecom) et les obligations du contrat de New Deal ».

Free Mobile a aussi exprimé son besoin de « bénéficier d’une couverture 2G  au même titre que les autres opérateurs de réseaux mobiles » dans un contexte où le nombre d’abonnés 2G diminue lentement et où les fréquences 2G ne sont quasi plus disponibles. De plus, les autres opérateurs utilisent encore aujourd’hui la 2G comme technologie de repli « dans certaines situations notamment en indoor ou en heures de pointe ».

Jusqu’au 31 décembre 2022, les débits maximums atteignables par les clients de Free Mobile en itinérance resteront plafonnés à 384 kbits. L’avenant au contrat ne prévoit pas non plus d’augmentation de la capacité des liens d’interconnexion entre le cœur de réseau de Free Mobile et celui d’Orange pour l’écoulement du trafic total en itinérance. L’ARCEP explique également qu’un mécanisme financier sera introduit en 2022 avec pour objectif d’inciter « à la réduction du nombre de clients Free Mobile utilisant le Réseau 2G/3G d’Orange« .

Cet avenant au contrat est actuellement en train d’être examiné par l’Autorité de régulation.

Pour signaler une erreur dans l’article, surlignez le passage en question et pressez les touches Ctrl+Entrée de votre clavier.