Affaire Tapie : Stéphane Richard, PDG d’Orange relaxé : Alors qu’il risquait trois ans de prisons dont 18 mois ferme, le Tribunal Correctionnel de Paris vient d’innocenter S.Richard.

Au mois de mai, le PDG d’Orange s’était exprimé dans le Figaro sur ce qui allait attendre prochainement l’opérateur. Ce dernier était alors revenu sur le procès de la crise sociale de France Télécom, l’arrivée de la 5G, l’affaire Huawei mais aussi sur l’affaire Tapie.

En effet, en 2008 S.Richard était le directeur de cabinet de la ministre de l’Économie, Christine Lagarde, qui avait validé le principe de la procédure d’arbitrage. Alors accusé de « complicité d’escroquerie et de détournement de fonds publics », ce dernier risquait trois ans de prisons dont 18 mois ferme, 100 000 euros d’amende et une interdiction de toute fonction publique pendant cinq ans. S. Richard avait également déclaré qu’en cas de condamnation, il réunirait le conseil d’administration et mettra son mandat de PDG en jeu.

Ce mardi 9 juillet 2019, le Tribunal Correctionnel de Paris a donc rendu sa décision et a relaxé le PDG. Dans l’après midi, celui-ci a donc publié une vidéo pour l’annoncer officiellement et remercier le soutien de ses équipes. Il se dit également touché par la présence de certains au Tribunal.

Selon ce dernier, cette nouvelle va permettre à l’opérateur « d’aborder sereinement les prochains mois », de « construire l’Orange de demain ».

Le Ministre de l’Économie, Bruno Le Maire a aussi réagi à cette nouvelle et a déclaré au journal Le Parisien : « Nous sommes très satisfaits du travail de Stéphane Richard et c’est la raison pour laquelle nous avions reconduit son contrat l’an dernier. Nous sommes très satisfaits qu’il puisse continuer à remplir ses fonctions ».

Sébastien Crozier, président du syndicat de cadres CFE/CGC a déclaré à BFM Business que cette décision est un « immense soulagement », « une large majorité des salariés souhaitait son maintien « . En effet, S.Richard profite d’un bilan positif et d’une bonne image au sein du groupe. Il a notamment su ramener la paix sociale et regagner la confiance des salariés après la crise sociale qui a eu lieu entre 2007 et 2009. De plus, il est parvenu à maintenir Orange à sa place de leader dans de nombreux domaines, malgré un contexte très concurrentiel.

Pour signaler une erreur dans l’article, surlignez le passage en question et pressez les touches Ctrl+Entrée de votre clavier.