TF1 avait demandé aux opérateurs de ne plus diffuser sa chaîne à compter de Juillet 2017 car le groupe TF1 demandait une participation financière plus importante pour sa diffusion par les opérateurs. Orange continue à diffuser TF1 malgré l’interdiction.

En effet, Orange a décidé de continuer à diffuser TF1 malgré l’ultimatum du groupe auprès des opérateurs télécom et ce n’est pas le seul car SFR et Canal+ continueront également de diffuser la chaine.

TF1 avait donc demandé aux opérateurs une participation financière plus importante pour sa diffusion de la part des opérateurs sur leurs services (box, applications…). Alors qu’il recevait déjà 5 millions d’euros de la part d’Orange, le groupe TF1 en demande désormais près de 100 millions d’euros. Il n’est donc pas question pour Orange, SFR et Canal+ d’accepter une hausse si importante des tarifs de diffusion.

TF1 avait alors contacté les distributeurs pour les ordonner de ne plus la diffuser. Pour la TV en « over-the-top » (OTT), c’est-à-dire par Internet (smartphones, ordinateurs, tablettes…), TF1 avait fixé une date limite de diffusion en cas de refus pour le 30 avril pour SFR et CanalSat, et le 30 juin pour Orange. Pour la diffusion sur les box des opérateurs, la date est fixée à fin août. Or, les diffuseurs ont décidé de passer outre cette interdiction et diffusent toujours la chaine et TF1 ne peut pas couper le signal elle-même, seul le CSA peut les forcer à le faire.

C’est désormais à la justice de décider : Le 25 avril, une demande d’arbitrage a été déposée devant le CSA par SFR et le gendarme de l’audiovisuel a désormais 4 mois, soit fin août pour trancher. Mais il se pourrait que le CSA soit incompétent pour décider et « TF1 saisirait alors le tribunal de commerce ou le tribunal de grande instance », indique un dirigeant de la chaîne à BFMBusiness, ce qui prend généralement au moins un an à aboutir.

De plus, pour le moment, les deux partis campent sur sa décision. TF1 pense qu’il est normal que ses revenus dépendent de la publicité mais aussi d’internet. Selon la chaîne, les opérateurs devraient leur reverser une partie des revenus venant de la diffusion de ses programmes. De plus, selon elle, les opérateurs sont prêts à payer pour la diffusion de chaines Américaines payantes ou d’événements sportifs

Le 20 avril, le PDG d’Orange Stéphane Richard avait répondu à la chaîne en expliquant que tout le monde aime recevoir des revenus supplémentaires sans charge mais qu’il est aussi important de prendre compte les utilisateurs et son intérêt. Selon lui, il faut se demander s’il s’agit de changer de modèle économique et de se demander si les utilisateurs paieraient pour regarder TF1. Dans le cas contraire, c’est l’opérateur qui devra verser de l’argent à TF1 et il s’agit, selon lui d’un « impôt privé ». De plus, S.Richard pense également qu’Orange a un rapport de force favorable car il représente 25% de l’audience cumulée de TF1 en France et la chaine ne pourrait s’en passer. Un dirigeant de TF1 a répondu à BFMBusiness qu’il s’agit en fait plutôt de 10% de l’audience cumulée et non pas 25%.