En décembre, le PDG d’Orange, Stéphane Richard annoncé qu’il serait intéressé par le groupe Canal+ si celui-ci était en vente. Or, il se pourrait que l’alliance entre Orange et Canal+ se précise.

Un concurrent en forme et un Canal+ fragile

Or, même si le groupe Canal+ géré par Vincent Bolloré, annonce que le groupe n’est pas en vente, cela n’a pas empêché les discussions entre les 2 entreprises pour un possible rapprochement.

La fragilité de Canal+ et sa volonté de proposer des contenus audiovisuels riches et un concurrent, SFR agressif dans ses achats de contenus avec son lancement de Zive renommé SFR VOD illimitée, ont poussé les deux entreprises à évoquer un rapprochement pour unir leurs forces.

Et la situation risque d’empirer après l’achat des droits de la Ligue 1 de Foot anglaise par SFR. Cana+ a donc échappé à ses droits, et Orange risque d’être affaibli face à un concurrent montant en puissance.

De plus, les deux groupes ont déjà collaboré de nombreuses fois car Orange est le premier distributeur de Canal+ Orange a proposé en automne 2016 un bouquet « Famille by Canal » à ses abonnés fibre . Mais les 2 entreprises veulent aller plus loin en favorisant le retour de Canal, et ensuite en aidant la chaîne à investir dans ses programmes. « Aujourd’hui, nous avons des discussions avec Canal+ sur les appels d’offres de sport, pour voir comment on pourrait les aider, y compris financièrement », révèle une source proche d’Orange, selon les Echos.

Le rapprochement des deux groupes pourrait se faire rapidement car plusieurs droits de diffusion important comme la Ligue 1 de foot et la formule 1 vont être en vente d’ici peu. SFR risque donc de postuler pour les racheter . Le DG d’Altice a annoncé en effet être très intéressé par les droits de diffusion pour les événements sportifs.

Pour Orange, il n’est cependant pas question d’aider financièrement Canal sans rapprochement officiel et « de valeur ».

Un rapprochement encore compliqué

Une des pistes de rapprochement évoquées consisterait à créer une nouvelle société pour commercialiser les chaines de Canal+. Une société dont Orange serait l’actionnaire majoritaire.

Mais certains points compliquent un potentiel rapprochement. D’abord, l’Autorité de la concurrence exigerait une certaine liberté d’accès aux contenus pour les autres opérateurs,  Free, Bouygues et SFR afin qu’ils aient bien accès aux contenus de Canal et d’Orange, ce qui pourrait faire perdre en partie l’intérêt d’un rapprochement.

De plus, L’Etat est encore en partie actionnaire de l’opérateur et ne semble pas vouloir une alliance qui permettrait à Vincent Bolloré de s’inviter au capital d’Orange dont il pourrait chercher ensuite à prendre le contrôle.