L’industrie mondiale du mobile prête pour la 5G : la première norme 5G NR de l’assemblée 3GPP est terminée. Cette norme permettra prochainement un développement à grande échelle de ce nouveau réseau mobile très haut débit.

En effet, les membres de la 3GPP TSG RAN (coopération internationale fixant les standards de télécommunications) ont finalisé la première spécification 5G NR (New Radio). Cette première norme permet ainsi aux opérateurs et fabricants de modem d’effectuer des tests à grande échelle puis des déploiements commerciaux dès 2019.

De plus, rappelons qu’en février 2017, les grands noms de l’industrie du mobile avaient déjà déclaré vouloir accélérer le calendrier de la normalisation de la 5G. En mars 2017, les membres de la 3GPP s’étaient donc accordés pour une accélération du planning.

Les membres de la 3GPP qui s’étaient donc réunis le 20 décembre 2017 ont défini les futures fréquences de la 5G. La 5G s’appuiera alors sur un large spectre de fréquence (de 600 MHz à 50 GHz) afin de proposer une connexion très rapide, fiable et avec une latence très faible.

En revanche, cette première spécification porte uniquement sur de la 5G non autonome. C’est-à-dire sur de la 5G qui s’appuie sur le réseau 4G-LTE pour fonctionner et proposer des débits plus importants et une faible latence. La normalisation de la 5G autonome est prévue pour juin 2018 mais devrait être facilitée car les deux technologies partagent les mêmes spécifications de couche physique.

Les fabricants de modem et opérateurs n’ont en revanche pas attendu cet accord pour travailler sur ce nouveau réseau mobile. Orange a par exemple pu tester, il y a quelques mois, les prochains usages de la 5G en collaboration avec Nokia. Il y a près d’un an, Orange avait réalisé ses premiers tests 5G et avait atteint des débits allant jusqu’à 15,25 Gbps en descendant.