Stéphane Richard fait le point sur le protocole sanitaire et le plan de relance. Invité de l’émission « 4 Vérités » sur France 2, le PDG d’Orange s’est exprimé sur les grands sujets du moment.

Depuis ce mardi 1er septembre, le port du masque est en effet obligatoire dans les entreprises. Stéphane Richard a donc commencé par s’exprimer sur cette nouvelle règle, déjà accompagnée d’exceptions. Pour ce dernier, le principe est simple chez Orange : « masque obligatoire partout, pour tout le monde, sans dérogation ». 

Pour s’assurer que tous les salariés appliquent le protocole sanitaire, Orange va fournir un « maximum d’équipements ». Le PDG explique que beaucoup de communication interne a été faite et des informations sont affichées dans les locaux du groupe. Il dit également miser sur « l’esprit de responsabilité des gens tout en faisant preuve d’un minimum de souplesse » et ajoute « je ne crois pas qu’il y aura tant de problèmes que ça pour appliquer ce principe simple ». De plus, cette règle de port du masque n’est pas totalement nouvelle étant donné que début juillet, certains salariés Orange sont revenus travailler sur place avec un protocole sanitaire obligeant déjà le port du masque dans les espaces communs.

Le PDG du Groupe a ensuite défendu le gouvernement qui a convenu à quelques assouplissements au port du masque seulement la veille de l’entrée en vigueur du protocole : « Le problème de cette épidémie, c’est que l’on court en permanence après le temps, les informations, les connaissances, d’ailleurs, sur la maladie elle-même ».

Concernant le coût des mesures sanitaires (fourniture de matériels, réorganisations des locaux et des équipes…), Stéphane Richard l’estime à environ 50 millions d’euros chez Orange depuis le mois de juillet. « À l’échelle d’Orange, c’est un coût absorbable dans l’ensemble nos charges » explique t-il, mais pour de nombreuses PME cela ne va pas être simple. Le PDG a aussi tenu à préciser qu’Orange accepte de prendre en charge une grande partie de ce coût pour ses sous-traitants.

Le patron d’Orange est ensuite revenu sur le sujet du télétravail : « On est passé d’un régime où on avait à peu près 60 000 salariés en France en télétravail permanent, pendant le confinement et juste après le confinement. Pour tenir compte de toutes les situations et du fait qu’on ne peut pas accueillir tout le monde en permanence sur tous les sites, on a donné la possibilité à tous nos salariés de télétravailler de façon occasionnelle jusqu’à 2 jours par semaine. »

Enfin, concernant le plan de relance, Stéphane Richard estime qu’il devra être opérationnel très vite. « Il va falloir que dans les processus d’attribution de ces fonds, dans les décisions qui vont être prises, qu’on aille très vite car il y a urgence. Le tissu économique du pays est quand même gravement endommagé par cette crise, en particulier les petites entreprises et un certain nombre de secteurs : les services, l’événementiel, les commerces… ». « J’ai peur qu’il y ait beaucoup de dégâts dans les semaines qui viennent » a t-il ajouté.

Du côté d’Orange, le PDG se veut quand même rassurant. Malgré les changements d’organisation, il y a du monde dans les boutiques et le chiffre d’affaires est quasiment à un niveau normal.

Pour signaler une erreur dans l’article, surlignez le passage en question et pressez les touches Ctrl+Entrée de votre clavier.