Orange quitte le consortium W3C, l’organisme international définissant des standards pour le web. L’opérateur préfère se consacrer à son coeur de métier.

Après 14 ans de présence au W3C, le World Wide Web Consortium, l’opérateur historique a décidé de ne pas renouveler sa cotisation et cesse donc sa collaboration avec l’organisme. Orange explique vouloir recentrer ses engagements sur son coeur de métier, c’est-à-dire les technologies de réseau mobile et fixe.

Le W3C a été fondé en 1994 par le britannique Tim Berners-Lee, inventeur du Web. Cet organisme à but non lucratif a pour mission de développer des standards pour le web. C’est le W3C qui a par exemple défini les standards permettant la compatibilité des sites entre les différentes terminaux et navigateurs ou encore le système de protection des échanges de données sur le web.

Aujourd’hui, l’organisme compte plus de 450 membres dont 9 opérateurs télécoms (AT&, Verizon, China Mobile, NTT, KDDI, Deutsche Telekom…) et les géants du Net comme Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft.

Benoît Thieulin, ancien président du Conseil national du numérique (CNNum), s’est exprimé dans le  journal l’Express et estime que le départ d’Orange n’affecte pas la parole de la France au sein du consortium. « L’entreprise a tenté de s’ériger en égal des Gafam alors qu’il est plus opportun de se recentrer sur la 5G. Par ailleurs, d’autres acteurs, l’institut de recherche l’Inria ou le moteur de recherche Qwant, restent présents ». En revanche, Tariq Krim, l’ancien vice-président du CNNum juge cette annonce « incompréhensible » et est pour lui « une faute majeure de stratégie ».

Pour signaler une erreur dans l’article, surlignez le passage en question et pressez les touches Ctrl+Entrée de votre clavier.