SFR a annoncé récemment qu’il déploierait seul, sans aucune aide de l’état, son réseau fibre sur 100% du territoire d’ici 2025. Or, Orange estime que SFR va retarder la fibre en France et Stéphane Richard estime que « ça n’a pas de sens ».

En effet, l’annonce de SFR de fibrer entièrement la France sur ses propres fonds a fait beaucoup de bruits. De plus, les concurrents ont décidé de faire le suivre car Bouygues Telecom a également annoncé son souhait de déployer sa fibre seul et Orange a récemment déclaré qu’il allait déployer la fibre dans les Hautes-Pyrénées sans aide de l’état

En revanche, le PDG d’Orange pense que SFR risquerait de retarder le déploiement du très haut débit en France. Même s’il pense aussi que des ajustements du plan Très Haut Débit, mis en place par l’état, sont nécessaires afin d’accélérer le déploiement de la fibre en France, il estime que remettre en question l’utilité de celui-ci pourrait fortement retarder le déploiement de ce nouveau réseau très haut débit en France.

Il a aussi annoncé au journal LesEchos, « cette idée que, depuis Paris, on va envoyer des bataillons pour fibrer tout le pays ne [lui] paraît pas très réaliste ». Il a aussi fait remarquer que SFR, qui prévoit de fibrer aussi les villes moyennes, qui sont majoritairement réservées à Orange, n’a pas tenu ses engagements dans le cadre d’un accord signé entre les deux opérateurs (accord qui a pour but de répartir les équipements nécessaires pour déployer la fibre entre les deux groupes). Orange, quant à lui, a bien tenu et même dépassé ses engagements et la zone concernée par cet accord sera fibrée pour 2022.  

Concernant ce plan très haut débit, Julien Denormandie Secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires, a annoncé aux Echos que le premier objectif est que « tous nos concitoyens aient accès à du bon ou du très bon débit » pour 2020 et au très haut débit pour tous d’ici 2022.