Orange dévoile les grandes étapes du démantèlement de son réseau cuivre. Lors de la présentation de son nouveau plan stratégique Engage2025, l’opérateur a annoncé l’arrêt du cuivre pour 2030.

Aujourd’hui, le déploiement de la fibre connait une forte accélération. Le PDG d’Orange, Stéphane Richard, a récemment déclaré devant la Commission des affaires économiques du Sénat « on ne va pas garder indéfiniment deux réseaux fixes en France« , c’est-à-dire le cuivre et la fibre.

Dans son plan Engage2025 présenté début décembre, Orange prévoit donc la fin de commercialisation des offres xDSL en 2023 pour ensuite « éteindre » totalement le réseau cuivre en 2030.

Pour l’opérateur, mettre fin totalement au réseau historique est un chantier de taille. Déployé dans les années 1970, il représente 18 millions de poteaux, 14 000 sous-répartiteurs et 110 millions de km de paires de cuivres.

Démanteler le réseau va représenter un coût conséquent mais la matière première reste très valorisée. Depuis cinq ans, l’opérateur a donc commencé à récupérer le cuivre des parties centrales du réseau et a ainsi déjà pu récupérer 80 000 tonnes de matière. 

Philippe Béguin, le directeur de la réglementation d’Orange explique en plus « nous savons par expérience que le sujet de l’extinction sera compliqué ». En effet, en 2012, Orange avait décidé de mettre fin à son réseau X.25, utilisé notamment pour les services Minitel. L’opérateur avait alors été confronté à plusieurs services sensibles comme le paiement qui ont été difficiles à faire évoluer. 

Pour mettre fin au réseau cuivre, l’opérateur va donc d’abord devoir convaincre l’ensemble de ses clients de choisir une offre fibre. Or aujourd’hui, sur les 16,7 millions de logements éligibles à la fibre tous opérateurs confondus, on comptabilise seulement 6,3 millions abonnés. De plus, plusieurs syndics de copropriété refusent encore l’installation de la fibre.

Pour inciter ses clients éligibles à souscrire à une offre fibre, Orange souhaite rapidement augmenter les tarifs de ses offres xDSL aujourd’hui régulés par l’ARCEP. Sur les zones éligibles à la fibre, l’opérateur souhaite même cesser la commercialisation de ses offres cuivre ainsi que son service client. « Quand la fibre sera complètement déployée sur une zone, faudra-t-il réparer le réseau cuivre en cas de panne chez un client éligible à la fibre ? Peut-être pas. C’est un scénario à explorer » explique Marc Blanchet, Directeur technique d’Orange

Pour les entreprises, l’opérateur devra aussi s’assurer que tous les services puissent migrer. Aujourd’hui, de nombreuses téléalarmes et même des barrages EDF utilisent encore le réseau cuivre. « Nous devons engager les premières expérimentations dès 2020. C’est la meilleure façon de se confronter aux vrais sujets : la migration des clients, les différents usages, les inévitables cas particuliers ».

« Au moment où nous parviendrons à l’échéance finale« , c’est-à-dire vers 2030, « nous aurons suffisamment vidé le réseau pour ne pas avoir trop de cas compliqués à migrer ‘un peu’ de force » précise M. Blanchet.

Source : Les Echos

Pour signaler une erreur dans l’article, surlignez le passage en question et pressez les touches Ctrl+Entrée de votre clavier.