Dégradation du réseau cuivre : Orange dévoile son plan d’action. Dans une interview accordée aux Echos, Stéphane Richard, PDG d’Orange a dévoilé les mesures qui vont être prises afin d’améliorer la qualité de son réseau cuivre, service universel.

Fin Octobre, l’ARCEP, le gendarme des télécoms mettait en demeure l’opérateur historique, en tant qu’opérateur chargé de fournir un service universel, de respecter son obligation de qualité de service sur le réseau cuivre. En effet, depuis plusieurs mois, utilisateurs et collectivités se plaignent de pannes à répétition sur le réseau historique d’Orange.

Dans une interview donnée aux Echos, le PDG d’Orange détaille donc les mesures prises afin de rétablir à nouveau et au plus vite la qualité de service.

D’abord, S.Richard tient à rassurer, Orange n’abandonne pas ses responsabilités sur son réseau cuivre. L’opérateur a connu de nombreuses difficultés indépendantes de sa volonté, notamment lié aux phénomènes météorologiques.

L’objectif principal est donc de réorganiser et de renforcer les équipes de maintenance et d’intervention. Dès 2019, 200 nouveaux techniciens viendront s’ajouter aux 1 000 spécialistes d’Orange déjà présents partout sur le territoire. Les équipes des « forces d’intervention rapide » seront aussi doublées pour arriver au nombre de 500.

Une dizaine de « Vigie Service universel » seront également mis en place en région, dont la mission sera de rétablir les lignes cuivre en moins de 48H dans au minimum 85 % des cas. De plus, le budget alloué par l’opérateur à chaque livre de cuivre passera de 16€50 en 2017 à 19€30 en 2019.

Selon le PDG d’Orange, les tarifs de dégroupage payés par les autres opérateurs pour pouvoir utiliser la boucle locale cuivre devraient en toute logique augmenter. « Les mesures que nous lançons sont un renforcement donc elles devraient se répercuter sur les coûts suivis par l’Arcep, qui pourra en tirer les conséquences ».  Actuellement, ces derniers reversent chaque année 1.5 milliard d’euros à l’opérateur historique, qui investit lui 500 millions d’euros par an dans la maintenance du cuivre. En réponse à ces chiffres, S.Richard a ajouté que la redevance payée prend en compte les frais de maintenance mais aussi d’amortissement des investissements.

Toutes ces mesures annoncées par Orange devraient donc permettre de rétablir la qualité du réseau cuivre vieillissant, sursollicité comptant 15 millions de poteaux sur 1 million de kilomètres, et un total de 30 million de lignes. Pour les clients qui pourraient encore rencontrer des pannes sur une longue durée ou de façon répétitive, une box 4G pourra être prêtée par l’opérateur.

Stéphane Richard a également tenu à rappeler qu’Orange réalise en France, 70 % des déploiements de la fibre optique. L’opérateur investit chaque année 1,5 milliard d’euros pour déployer 2,5 millions de nouvelles prises. Le but étant de respecter le calendrier prévu par le plan France Très Haut débit (couvrir l’intégralité du territoire en THD d’ici 2022) puisque des engagements juridiquement opposables ont été pris par l’opérateur et que des sanctions sont donc encourues en cas de retard.

Enfin, il est revenu sur un possible retour à trois opérateurs en France l’année prochaine. Selon S.Richard, si la question d’une consolidation se pose, c’est surtout à cause de la guerre des prix qui se joue dans le secteur. En revanche, il a déclaré qu’Orange ne jouerait pas un rôle moteur si des discussions devaient avoir lieu en 2019.

Pour signaler une erreur dans l’article, surlignez le passage en question et pressez les touches Ctrl+Entrée de votre clavier.