Coronavirus : le PDG d’Orange rassure sur l’état des réseaux fixe et mobile. Suite à l’épidémie de Coronavirus, de nombreux pays européens ont décidé de mettre en place des règles de confinement. Avec l’explosion de l’usage du télétravail, de la télé-éducation mais aussi du streaming vidéo, la pression sur les réseaux des opérateurs n’a jamais été aussi forte.

Un réseau conçu pour absorber des flux importants

En effet, suite aux dernières mesures sanitaires nous obligeant à rester confinés,  les réseaux sont fortement sollicités. Dans une interview accordée à RTL, Stéphane Richard, PDG d’Orange, explique que l’usage du télétravail a été multiplié par 7 (chez Orange par exemple, 50 000 salariés travaillent à domicile), l’usage de la visioconférence a doublé et WhatsApp a vu son trafic être multiplié par 5.

Cependant, tout en étant prudent, S.Richard s’est voulu rassurant. Il explique que « le réseau a été conçu pour absorber des flux considérables et est construit par rapport à un rythme d’augmentation régulier des usages. Si je prends cet exemple des réseaux mobile, on a un volume de data qui augmente de 40% chaque année. On est donc toujours obligés d’anticiper de plusieurs années les usages ». Il a ajouté que sur le fixe, le trafic actuel est comparable aux pics de consommation durant Noël ou le nouvel an, des périodes auxquelles les opérateurs sont habitués.

Pour Orange, deux points sont en revanche à surveiller. Le premier est la capacité des interconnexions, c’est-à-dire la capacité de faire transiter les données d’un opérateur à l’autre. En ce moment, ces interconnexions sont très utilisés et Orange est en train de les renforcer. Le second point à surveiller est l’usage des liaisons transatlantiques puisque de nombreux services comme les jeux reposent sur les câbles sous-marins pour accéder aux serveurs situés aux Etats-Unis. Stéphane Richard a donc indiqué d’Orange, opérateur disposant d’un réseau mondial de câbles sous-marins (400 000 km dans le monde) est en train de doubler la capacité de ses câbles transatlantiques

Dans cette période inédite, le PDG a tout de même expliqué qu’en cas de saturation des réseaux, les opérateurs pourront être amenés à prioriser les services d’urgence et le télétravail. « Nous avons déjà saisi le régulateur » explique S.Richard puisqu’aujourd’hui les lois sur la neutralité du net ne permettent pas ce type d’action.

Stéphane Richard a également souhaité remercier les nombreux techniciens d’Orange toujours sur le terrain pour permettre à tous de pouvoir communiquer sereinement. Il a indiqué que « très peu » d’entre-eux ont exercé leur droit de retrait depuis le début de cette crise sanitaire. Concernant les masques indispensables pour que ces derniers puissent travailler en sécurité et ne pas contaminer les personnes avec qui ils sont en contact, le PDG explique que le stock qu’Orange a été réquisitionné par  l’état pour les personnels de soins. Sur le court terme, l’opérateur en a suffisamment mais une livraison de 20 000 à 30 000 supplémentaires est attendue. Le PDG a tenu à insister que « si les techniciens d’Orange ne peuvent intervenir sur le réseau, sur les sites stratégiques, c’est toute la vie du pays qui peut s’arrêter« .

Un report du lancement de Disney+ demandé

Dans une interview accordée au Figaro, Stéphane Richard a exprimé sa préoccupation face au nouveau service de streaming qui est très attendu et dont le lancement en France est prévu pour le 24 mars. Le PDG explique « ne pas vouloir empêcher nos compatriotes de se divertir, mais il faut mesurer le risque que l’on prend. Au lancement de ce service aux États-Unis, des dizaines de millions de connexions ont été enregistrées« . Ce dernier ajoute également que « le mode de distribution de Disney n’est pas contrôlé par les opérateurs ». « Il faut savoir qu’en France, Netflix passe principalement par des opérateurs qui managent les flux. Ce qui n’est pas le cas de Disney ». Avec la pression déjà exercée sur les réseaux en ce moment, Orange a donc saisi Bercy et l’ARCEP pour demander un report de quelques semaines du lancement de Disney+.

Quelques boutiques possiblement réouvertes

Les mesures de fermeture de commerces prises par le Gouvernement pour lutter contre la propagation du Coronavirus excluent en effet les boutiques des opérateurs. Pour protéger les salariés en contact direct avec le public, Orange mais aussi les autres opérateurs ont tout de même fermé leurs boutiques. Cependant dans l’interview accordée au Figaro, S.Richard a indiqué travailler « à la réouverture de certaines boutiques dans les jours à venir en nous concentrant sur les villes petites ou moyennes. La mise en place de cette organisation se fera en fonction du contexte de confinement décidé par le gouvernement et de notre capacité à assurer de bonnes conditions sanitaires à nos salariés et à nos clients. Toutefois, partout en Europe où il y a des confinements, en Pologne, Slovaquie, Espagne… Des boutiques sont ouvertes. Il nous faut quelques jours pour essayer de trouver un mode d’organisation pour la France« .

Pour signaler une erreur dans l’article, surlignez le passage en question et pressez les touches Ctrl+Entrée de votre clavier.