Orange prépare l’arrivée de la 5G à Marseille. Après avoir obtenu l’autorisation de l’ARCEP pour effectuer des tests 5G à Lille et Douai, l’opérateur historique vient de recevoir un nouvel accord de l’ARCEP pour élargir ses tests dans la deuxième ville de France.

En effet, le gendarme des télécoms, l’ARCEP avait lancé en janvier 2018 un guichet pour la réalisation de pilotes 5G. Des autorisations d’utilisation de fréquences dans la bande 3400-3800 MHz devaient donc être accordées aux opérateurs. Fin févier 2018, Orange se voyait donc attribuer des fréquences dans la bande 3600 – 3700 MHz pour la réalisation d’expérimentations techniques de la 5G à Lille et Douai. L’ARCEP avait dans le même temps donné à Bouygues Telecom l’autorisation d’utiliser la bande de fréquences 3600 – 3800 MHz pour la réalisation d’expérimentation technique à Bordeaux, Lyon et Villeurbanne.

L’opérateur historique souhaitait élargir ses tests 5G à Marseille et avait donc demandé l’autorisation à l’ARCEP d’utiliser la bande de fréquences 3.7-3.8 GHz. Ce dernier vient donc d‘accepter la demande de l’opérateur. En partenariat avec l’équipementier Nokia, Orange va pouvoir lancer de nouveaux tests 5G de bout en bout (accès, transport et cœur de réseau) dans la ville de Marseille. Grâce à ces tests 5G que l’opérateur va réaliser en France, il compte bien maintenir son leadership sur le réseau mobile.

La 5G permettra d’obtenir des des débits montants et descendants allant jusqu’à 10 Gbps (théorique) et une latence très basse de l’ordre de la milliseconde, ce qui répondra à la forte croissance du trafic mobile en France, qui double chaque année. Ce futur réseau mobile va d’abord améliorer l’expérience client notamment dans les zones urbaines où le réseau 4G est saturé par moment. La 5G permettra également de nouveaux usages pour les entreprises (automobile, santé..etc) mais aussi pour les objets connectés.