Stéphane Richard candidat pour un troisième mandat comme PDG d’Orange. En effet, selon le journal lesEchos, l’actuel PDG d’Orange est candidat pour un troisième mandat car celui actuel prendra fin en mai 2018.

Un PDG ambitieux et apprécié

L’actuel PDG aurait informé le conseil d’administration d’Orange en avril dernier de son envie de se représenter et qu’il ne modifierait rien dans sa façon de gérer l’opérateur. La nouvelle a donc été reçue positivement par le conseil. En effet, selon Stéphane Richard, il a acquis un certain « capital confiance », comme il l’avais annoncé en 2016. De plus, il aime profondément ce qu’il fait et n’a d’autres projets professionnels et se consacre alors complètement à Orange. En interne, il est aussi apprécié par ses salariés.

Stéphane Richard s’était en effet déjà félicité de la façon de diriger l’entreprise. En effet, il a lancé son plan stratégique Essentiels2020 qui est pour le moment plutôt un succès et l’actuel PDG souhaite donc le mener jusqu’à son terme (2020). Il a aussi ouvert une banque, Orange Bank, 100% mobile, connectée, équipée d’une intelligence artificielle et qui vise une clientèle jeune.

Stéphane Richard ne compte pas s’arrêter là car il souhaite montrer ses plans pour 2025 aux actionnaires. Orange a aussi su résister à l’arrivée de Free en 2012 qui a bouleversé le marché des télécoms avec ses tarifs et sa politique agressifs . L’opérateur a su aussi renforcer son marché en Espagne et en Afrique.

Une concurrence importante

L’an dernier, une fusion entre Orange et Bouygues Telecom avait aussi fait les actualités mais les discussions auraient cependant échoué.

L’opérateur compte désormais sur de nouveaux domaines comme la banque, la santé, ou la cybersécurité pour se développer. L’opérateur a notamment ouvert un pôle de cyberdéfense près de Lille. En revanche, Orange fait face à une concurrence très agressive, et de plus en plus dans les contenus, comme SFR qui achète beaucoup de droits de diffusion d’événements, de chaines ou encore de séries TV.

Des hypothèses de rapprochement entre Orange et Canal+ avait aussi été évoquées mais rien n’a lieu pour le moment.

La décision du conseil d’administration devrait être connue en février 2018. L’Etat est encore actionnaire à hauteur de 29 % et possède donc un rôle important dans la décision.