Orange signe un partenariat avec Euro-Argo : L’opérateur, via sa branche Orange Marine, rejoint le programme d’observation des océans. Le navire câblier d’Orange, Pierre de Fermat vient donc de déployer sa première balise au Nord du Cap Finisterre.

En effet, Orange a signé cet été un partenariat avec Euro-Argo, la branche Européenne d’un consortium mondial d’observation des océans. Orange met ainsi ses moyens techniques pour aider au déploiement de balises océanographiques autonomes dans les océans sur les routes de transit de ses navires. De plus,  les navires câbliers d’Orange Marine empruntent parfois des routes de navigation peu fréquentées et représentent une excellente opportunité de déployer des balises dans des zones peu couvertes par le réseau d’observation.

Orange Marine est la branche de l’opérateur spécialisée dans le domaine des télécommunications sous-marines, depuis la phase d’étude et d’ingénierie, jusqu’à l’installation de liaisons intercontinentales et la maintenance de câbles existants. Au total, la flotte d’Orange Marine est composée de 6 navires et comptent 160 000 kilomètres de câbles sous-marins de fibre optique installés dans tous les océans, dont 8 200 ensouillés. Les navires ont réalisé 540 réparations sur des liaisons intercontinentales, dont certaines par 5500m de profondeur.

Ces balises ont une durée de vie moyenne de 4 ans et collectent des données comme la température ou encore la salinité des océans jusqu’à 2 000m de profondeur. Le programme international Argo est un programme lancé en 2000 par la Commission Océanographique Intergouvernementale de l’Unesco (COI) et l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM). Il réunit plus de 30 pays et est le premier réseau mondial d’observation in situ des océans. Il comprend désormais 4 000 balises autonomes dont 1000 sont déposées environ par an au niveau mondial.

C’est donc grâce au navire câblier d’Orange, Pierre de Fermat, qu’une première balise a été déployée au Nord du Cap Finisterre lors d’une opération de maintenance qui s’est déroulée en septembre dernier. Une seconde balise vient également d’être déployée il y a peu dans la zone des Açores à environ 500 miles nautiques d’écart. Le navire est aussi en possession d’une troisième balise pour un prochain déploiement.

Les informations collectées par les balises sont ainsi transmises en temps réel par satellite sur une plateforme ouverte aux chercheurs du monde entier afin qu’ils puissent étudier l’état des océans et de mieux comprendre leur influence sur le changement climatique. Le but est donc de couvrir le globe de façon homogène de flotteurs et recherche donc des opportunités de déploiement comme des navires commerciaux, ou encore des courses à la voile. Un ingénieur Opérationnel chez Euro-Argo indique que la branche « souhaite développer la capacité à maintenir ¼ du réseau global, ce qui implique le déploiement d’environ 250 flotteurs par an ».

Orange Marine est engagé depuis plus de 15 ans dans la réduction constante de l’impact de ses activités sur l’environnement et s’engage également au travers de partenariats, tels que celui avec l’association varoise Souffleurs d’Ecume. Orange a par exemple déjà équipé trois de ses navires du dispositif de repérage des cétacés REPCET permettant d’éviter les collisions avec les mammifères marins.