Orange s’engage avec Arborus pour une IA plus inclusive. L’Association Arborus, œuvrant pour l’égalité entre les femmes et les hommes et l’inclusion dans le monde du travail, et Orange ont dévoilé la première Charte internationale pour une Intelligence Artificielle inclusive, sous le haut patronage de Cédric O, Secrétaire d’Etat chargé du Numérique.

Aujourd’hui, l’intelligence artificielle (IA) a pris une place importante dans la société. Elle est par exemple utilisée pour faire des recommandations de titres sur les plateformes de streaming musical, pour trouver des informations plus facilement sur internet, ou encore pour faciliter les recrutements dans les entreprises. 

Pour fonctionner, une IA doit apprendre à partir de données que des humains lui fournissent. Or c’est ce qui peut poser problème car si ces données sont de mauvaise qualité, l’IA peut renvoyer des résultats biaisés pouvant être discriminatoires.

C’est donc pour exclure ce risque qu’Orange a lancé la première charte internationale ayant pour vocation de garantir une Intelligence Artificielle conçue, déployée et opérée de manière responsable et inclusive. Mise en place avec Arborus, association qui œuvre pour l’égalité entre les femmes et les hommes et l’inclusion dans le monde du travail à l’échelle internationale, cette charte s’appuyant sur sept engagements se veut être une référence pour l’ensemble des entreprises engagées en faveur de l’égalité des chances. 

Aujourd’hui, des entreprises comme Camfil, Danone, EDF, L’Oréal, Metro, Sodexo et évidemment Orange ont déjà signé la charte et d’autres sont à venir. Une plateforme en ligne est disponible pour toute entreprise ou organisation souhaitant la signer.

Cédric O, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Économie et des Finances et du ministre de l’Action et des Comptes publics, chargé du Numérique, a accordé son haut patronage à la Charte « L’intelligence artificielle a pris une place de plus en plus importante dans notre société et celle-ci devrait se renforcer après la crise sanitaire que nous traversons. Il faut alors être très attentif à ce que les décisions automatisées fondées sur des traitements algorithmiques ne défavorisent pas les femmes, du fait par exemple de la qualité des données utilisées ou de la conception du code où les hommes sont encore très majoritaires. Il convient alors d’encourager les entreprises à adopter des traitements IA équitables avec des initiatives comme celle de la Charte Internationale pour l’IA inclusive »

Cette charte novatrice bénéficie également de l’appui de Delphine O, Ambassadrice et Secrétaire Générale de la Conférence mondiale de l’ONU sur les femmes « Consciente de l’émergence de discriminations technologiques liées à la reproduction de stéréotypes de genre comme on peut les retrouver dans l’intelligence artificielle, je m’engage à ce que le Forum Génération Egalité s’attèle aux problématiques de demain en faisant de l’innovation l’une des 6 thématiques des coalitions d’actions qui seront lancées à Paris par le Président de la République Emmanuel Macron, le Mexique et ONU femmes ».

Nicole Ameline, Vice-Présidente du CEDAW-ONU se réjouit également de cette initiative : « Pour le CEDAW, organe de traité de l’ONU, l’accès à l’emploi et l’affirmation économique des femmes dans les domaines les plus innovants comme l’intelligence artificielle sont parmi les facteurs clés de la construction d’un monde juste, inclusif et durable. L’engagement résolu des entreprises pionnières en matière d’égalité entre les femmes et les hommes et détentrices du label GEEIS qui sont aujourd’hui signataires de la Charte Internationale pour une IA inclusive, offrent l’exemple positif du changement attendu en lien avec Beijing25 ».

Pour signaler une erreur dans l’article, surlignez le passage en question et pressez les touches Ctrl+Entrée de votre clavier.