L’horizon se dégage pour Stéphane Richard et son renouvellement de mandat : Alors que le PDG d’Orange milite depuis plusieurs mois pour un troisième mandat à la tête d’Orange, il risquait un procès puisqu’il était mis en examen dans l’affaire Tapie.  Selon BFMBusiness, ce dernier ne serait pas renvoyé devant la justice avant que son successeur soit choisi en mars prochain.

En effet, Stéphane Richard est à la tête d’Orange depuis maintenant 8 ans et compte bien briguer un troisième mandat. En revanche, il est mis en examen pour « escroquerie en bande organisée » dans l’affaire Tapie et risquait un procès avant le choix du prochain PDG du Groupe. Selon des informations de BFMBusiness, ce dernier serait assuré de ne pas être renvoyé devant la justice avant le choix de son successeur en mars prochain. Bernard Tapie aurait demandé à de multiples reprises des pièces supplémentaires au dossier judiciaire mais aurait également demandé l’annulation de l’audience qui devait avoir lieu le 2 octobre 2017. Ainsi, un proche de S.Richard a indiqué que le délibéré n’interviendrait pas avant fin octobre.

Ainsi, même si l’affaire était renvoyée en correctionnelle, la procédure requerrait au moins six mois et donc un procès ne pourrait pas se tenir avant le mois de mai ou juin 2018. Le calendrier est donc serré pour l’actuel PDG d’Orange mais cela ferait un obstacle en moins pour lui car le choix du successeur se fera en mars 2018 puis la décision du prochain PDG sera validée par l’assemblée générale des actionnaires le 4 mai 2018.

Le principal adversaire de S.Richard serait donc Nicolas Dufourcq, Directeur général de BPIFrance et administrateur d’Orange mais en interne, le directeur financier Ramon Fernandez est régulièrement cité comme « recours ».