L’ARCEP annonce un accord historique pour supprimer les zones blanches : les quatre opérateurs Français viennent de signer un accord pour investir 3 milliards d’euros pour en finir avec les zones blanches en France. Pour Stéphane Richard, cet accord historique « va marquer un très grand progrès ».

En effet, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la cohésion des territoires, Julien Denormandie, a annoncé dimanche 14 Janvier au JDD un accord historique entre les 4 opérateurs de télécoms Français (Orange, Bouygues Telecom, SFR, Free) et l’ARCEP, le gendarme des télécoms. Après des mois de négociations, ils ont donc conclu un accord afin d’invertir 3 milliards d’euros pour en finir avec les zones blanches, où les Français n’ont pas accès à un réseau mobile de qualité mais aussi de couvrir les principaux axes de transport, et notamment les 30.000 km de lignes ferroviaires, lignes de TER comprises.  Le plan devrait s’étaler sur dix ans, mais 80% de l’accord sera réalisé d’ici 2021-2022. Les opérateurs vont donc faire en trois ans ce qu’ils avaient fait jusqu’ici en 15 dans la téléphonie mobile. D’ici 2020, plus de 10.000 communes, actuellement en 2G/3G passeront à la 4G.

Pour Orange, l’ensemble du dispositif représente un investissement supplémentaire de 800 millions d’euros sur 10 ans. Stéphane Richard a notamment déclaré à RTL « 7.500 antennes vont être construites au total. Le réseau mobile d’Orange en France, c’est 22.000 antennes. Ça veut dire un doublement voire un triplement de capacité dans les zones rurales« . Cet accord concerne également les zones grises où la qualité de service sera également améliorée car dans certaines zones, un ou des opérateurs sont présents mais la qualité du réseau y est loin d’être satisfaisante.

De plus, M. Denormandie a assuré que cet accord ne coûtera rien à l’Etat puisque les opérateurs financeront à 100% la construction et gestion des pylônes et en échange, l’État a décidé de reporter de dix ans, les enchères sur le renouvellement des fréquences, « en contrepartie d’une accélération massive des déploiements d’infrastructures”. S.Richard a donc ajouté « L’État est d’accord pour faire une concession financière. On ne passera pas à la caisse en 2021, cela représente pour nous un gain financier. C’est un deal intelligent avec l’État. C’est du gagnant-gagnant« .

Pour s’assurer que l’accord est respecté par les opérateurs, l’ARCEP  publiera au fur et à mesure les cartes de déploiement du réseau et des sanctions seront prises si les engagements ne sont pas tenus.